“Histoire d’un bonheur”

Il y a quelques jours, j’ai reçu un email de la part de Geneviève Damas, m’invitant à la librairie À Livre Ouvert pour la présentation de son deuxième roman, Histoire d’un bonheur. J’ai eu la chance de la rencontrer il y a quelques années, quand j’étais en cinquième secondaire. Notre prof de français avait invité Geneviève pour organiser un atelier d’écriture, quelque chose dont je rêvais depuis longtemps.

À 16 ans, j’adorais écrire. Non, vraiment, j’écrivais sur tout et n’importe quoi. J’aime toujours autant écrire mais c’est vrai que j’y dédie moins de temps. On ne devrait pas avoir d’excuse pour ne pas écrire, surtout s’il s’agit d’écrire pour soi-même. J’adorais donc écrire et j’avais hâte d’apprendre encore plus de choses grâce à cet atelier. Geneviève nous a non seulement guidés à travers cet exercice d’écriture mais elle nous a aussi ouvert beaucoup de portes. Ce que j’ai surtout apprécié, c’est sa façon de nous guider tout en laissant notre liberté d’imagination et notre personnalité se dévoiler à travers nos mots. C’est aussi grâce à elle que j’ai découvert de grands auteurs comme Romain Gary ou Paul Auster.

Hier, donc, me voilà arrivée sur place, dans un vrai refuge que je visitais pour la première fois. On ne croirait pas du tout qu’on est juste à côté du Woluwe Shopping Center et son affluence du samedi après-midi. C’est là que je me suis demandée comment j’ai pu passer à côté de cette chouette librairie, toute cosy. Et c’est aussi là que je me suis rendu compte que ça faisait un bail que je n’avais plus mis les pieds dans une librairie. Une vraie librairie, avec des vrais livres imprimés et non une galerie de e-books sur mon iPad. À pleurer. Rédiger un mémoire, c’est chouette. Moins chouette pour ma vie littéraire: tous les romans achetés ces derniers mois ont encore le ticket de caisse et attendent patiemment que je les dévore.

Quelques minutes après, Geneviève et Jean-Claude Vantroyen du journal Le Soir entament la discussion à propos du roman, menée par des questions très pertinentes avec des touches d’humour. Geneviève, comme d’habitude, répond de façon très naturelle et spontanée et nous fait sourire en parlant de son rapport face à l’écriture. Elle arrive toujours à nous surprendre et nous inspirer par sa simplicité. Une simplicité toutefois si sophistiquée que j’ai redécouvert dans son premier roman, Si tu passes la rivière. C’est le genre de roman qui nous rappelle ce qui est important dans la vie et où tout le monde peut retrouver un morceau de son propre vécu. Une des leçons que j’ai retenue hier est celle de ne jamais se poser trop de questions, de se laisser surprendre par la vie. On ne sait pas exactement où l’on va, à la minute près? Ce n’est pas trop grave… 🙂

La rencontre d’hier m’a aussi rappelé que je devrais acheter l’oeuvre intégrale de Paul Auster. J’ai seulement lu Tombouctou dans le cadre de l’atelier d’écriture, qui nous avait aidé à tracer le fil rouge de la nouvelle que nous devions écrire. Ce qui rend Paul Auster génial, selon Geneviève, c’est le fait qu’on puisse lire ses oeuvres sans jamais se sentir idiot. Il y a une double perspective: l’histoire de base est racontée de façon simple, à la portée de tous mais on retrouve derrière un aspect philosophique aussi. Et si on passe à côté de ce côté philosophique, cela n’empêche pas le lecteur de suivre l’histoire.

Une surprise à la fin de la présentation nous attendait: un monsieur au premier rang lève son bras pour remercier Geneviève de lui avoir appris à écrire et l’encourager. André Hankar, un monsieur impressionnant, vient de publier son premier livre, Confidences africaines, à 91 ans. Oui, 91 ans. Comme l’a bien dit M. Vantroyen, il n’y pas d’âge pour devenir écrivain! 

Article relié: If I would cross the river

IMG_20140216_121206

Enhanced by Zemanta

How I got into knitting

Hello again, world! Long time no speak!

I apologise for my long absence and lack of posts but university is getting the best of me. Between the courses, the exams and the dissertation, I barely find time for any extra activities. But that’s not why I should neglect my blog (nor my social life). Don’t get me wrong, my social life isn’t my blog but funnily enough, blogging is one of my favourite ways of socialising.

However, among all the university-related activities, I did make time for a new hobby, something I’ve been meaning to try for a long time and that is… knitting! Surprising? Not so much for most of the people who know me. I often get bitten by creativity, one way or another and this time, I figured I might as well try something way out of my comfort zone!

I have to be honest, though… For some reason, I’ve always been intimidated by knitting. I used to think it’s something I could never do properly. I like creative activities in general like drawing or painting but I thought knitting was out of my league. A while back, I watched a “How to knit a scarf” video on YouTube and I was completely in awe! Not only the lady was knitting amazingly fast but she would also make different patterns. I also remember that while I was in London, my host lady (a very experienced knitter) told me that knitting is actually relaxing. I thought “Why not give it a try?”. With a little patience, I might get into it. Once I got back home, I went to the closest shop to buy three yarns (yes, three!) to start practicing. I looked up different tutorials (YouTubers, what would I do without you?) and started knitting. Once I got the basics, I started knitting and knitting until I figured I could actually make my dream scarf: a very thick and outrageously long scarf. The scarf in question took me three months to finish it. I have no excuse here. Except that I’m a beginner so I’m allowed…? 🙂

What’s quite fun about knitting is that it takes your mind off things. Needless to say it’s fulfilling because you actually create something with your own hands, something for yourself or for others. Note to all my friends: you now know what your future Christmas presents will be!

Here’s my first project: the outrageously thick and long burgundy scarf. More to come on Instagram!

20140205_121313

This also happens to be my first (half) selfie on Instagram. At least, no duck face is involved…