Le prix à payer pour la mode

Dans mon article précédent, j’ai parlé du fameux mouvement minimaliste que j’ai découvert récemment. Beaucoup de blogs abordent maintenant le thème de la simplicité, avec un nouveau regard sur la mode. J’ai brièvement mentionné ce documentaire intitulé H&M : Le côté obscur. Je l’ai regardé il y a un mois, mais je me souviens encore très bien de certains passages frappants.

Tout le monde aime H&M. Comment ne pas l’aimer ? On y retrouve toutes les tendances, tous les styles, pour tous les âges (à peu près). Combien de fois on n’a pas entendu le fameux « qualité à petits prix » ?

confessions-of-a-shopaholic

J’ai un peu honte de l’avouer mais jusqu’à récemment j’y allais quasi toutes les semaines… avant que je change un peu de perspective. Très brièvement, le documentaire nous montre les coulisses des ateliers de confection de H&M au Bangladesh. Et ce n’est pas aussi beau qu’on veut nous le faire croire. Qualité à petits prix ? Un prix plutôt exorbitant quand on se rend compte des risques endurés par les ouvriers. Beaucoup d’entre eux ont même payé très cher lors de l’effrondrement du Rana Plaza.

Ce qui m’a le plus révoltée est l’impassibilité de la directrice du développement durable face aux faits indéniables. Bien sûr, ceci n’est pas seulement le cas de H&M. On pourrait écrire des milliers d’articles sur des géants comme Inditex, par exemple.

Évidemment, sur le coup, on est dégoûtés. On décide d’arrêter de soutenir ce système inhumain. Jusqu’où on irait pour être à la mode ? Puis, ceux qui ont des moyens modestes (c’est-à-dire une grande majorité, dont je fais partie) se demandent comment on pourrait éviter cette fast fashion quand on retrouve des H&M et des Zara à tous les coins de la rue ? Finalement, on n’a pas tellement le choix. Entre un jeans à 40€ et un autre à 100€, le choix est vite fait. Là-dessus, le débat est lancé à l’infini.

En fait, au plus j’y réfléchis, au plus je me dis qu’il y a sûrement moyen de trouver d’autres alternatives, comme des marques éthiques, voire même locales, sans pour autant être hors de prix. Comment est-ce qu’on se débrouillait avant la mondialisation, quand il n’y avait pas des H&M partout dans le monde? Quand il y avait des boutiques uniques, avec un seul atelier de confection local ? Les gens n’étaient pas moins bien habillés. Au contraire, ils avaient leur propre style et, surtout, la qualité était plus importante que la quantité.

J’avais déjà changé de perspective avant de regarder le documentaire. Je me souviens de toutes les fois où j’achetais tout et n’importe quoi. J’étais étudiante donc j’achetais des articles soldés la plupart du temps chez H&M, Zara ou même Primark. Et pendant tout ce temps, je soutenais ce qu’il se passe au Bangladesh et dans d’autres ateliers. Puis, j’ai fait un tri massif. En voyant la pile des vêtements à donner, je me suis rendu compte que j’avais dépensé une fortune pour des conneries. Pour ce prix-là, j’aurais pu m’acheter un sac de luxe… avec lequel je n’oserais pas sortir tellement j’aurai peur de l’abîmer ou de me le faire voler. Mais ça, c’est une autre histoire.

En ce moment, j’essaie de pondérer mes achats. Je veux bien payer plus pour avoir quelque chose de durable. Ce n’est pas pour autant que je suis devenue une snob des marques. Ce n’est pas du jour au lendemain que je vais me permettre des marques de luxe. Et encore, qui sait ce qu’il se passe dans les coulisses de ces marques ?

En gros, il n’y a pas de solution miracle. Même si je resterai toujours tentée par les prix chez H&M, je ne regarde plus la marque de la même façon. Pareil pour d’autres marques fast fashion. La seule chose que je peux faire c’est m’orienter vers des « petites » marques, moins connues mais qui ne me font pas culpabiliser. Va falloir les trouver ces marques et ça risque de prendre du temps…

Enfin, j’aimerais juste préciser que ceci reste mon propre avis. Mon but n’est pas d’attaquer ou juger ceux qui font du shopping chez H&M. Ce serait hypocrite vu que c’était mon cas il n’y a pas longtemps. Si j’ai choisi d’agir autrement, au final chacun agit comme il veut, en fonction de ses préférences, ses moyens etc.

Peace, ok ? 🙂

Advertisements

Why Is Less More?

Recently, I have come across many blog posts mentioning minimalism. There seems to be a new trend, which embraces the “Less is more” motto. Rather intrigued, I went on jumping from one blog post to another and getting familiar with this lifestyle.

3ecd20a3b812d33cd650d32eb078642e

It all started with a French fashion blog, Balibulle. One day, I came across one of her articles, where she describes her “Capsule Project” and her quest towards the perfect wardrobe, composed of carefully selected items. As I read on, I realised I missed out on a new wave on the blogosphere, inspired by Dead Fleurette. This new wave inspired other bloggers to embrace minimalism, buy less and less items and build a very minimal, yet chic wardrobe, reflecting their personalities and lifestyles. As a an ex-compulsive buyer, Fleurette came to the conclusion that a crazy amount of clothes, shoes and bags don’t bring you happiness. Rather, she experienced the I’ve-got-nothing-to-wear syndrome. Sounds familiar? “Ring A Ding Ding”, that sounded like me. She also points out how buying fast fashion can leave you frustrated after a while, since you can end up with 10 pairs of jeans but none of them makes you feel like you’re worth millions.

At some point, Fleurette also wrote an article about Parisian women, who always exude elegance and a strong inner confidence. One could hardly argue with that since, let’s face it, most Parisians do have that certain je-ne-sais-quoi in their look. She reflects on this “Less is more” philosophy, explaining how quality should always win over quantity. This also made me realise you don’t need to own many clothes to be stylish. More generally, you don’t need many things to be happy. After all, simplicity is the ultimate sophistication.

92712Frenchness3783Web

(Chic… minus the cigarette, please)

This doesn’t mean that I’ve embraced minimalism overnight but I’ve learned to be more selective when buying, not only clothes but everything in general. I have a different perspective now. This isn’t easy, especially when you’re surrounded by all the H&Ms and Zaras out there. Of course, I would still be tempted to buy cheaper clothes, even though I try to avoid fast fashion brands as much as I can since this documentary. But that’s another story. 🙂